Amarengo

Articles and news

ReviewLL-37, le seul membre humain de la famille des peptides antimicrobiens de la cathélicidine

Les peptides antimicrobiens et leurs molécules précurseurs forment une partie centrale de l’immunité innée humaine et mammalienne. Les gènes sous-jacents ont été minutieusement étudiés et comparés pour un nombre considérable d’espèces, ce qui permet une caractérisation phylogénétique. Du côté phénotypique, un nombre toujours croissant d’influences très variées et distinctives des peptides antimicrobiens sur le système immunitaire inné sont rapportées. La compréhension biophysique de base des peptides antimicrobiens de mammifères est cependant encore très limitée. Ceci est particulièrement insatisfaisant car la connaissance des propriétés structurelles aidera grandement à comprendre leurs fonctions immunomodulatrices. L’accent de cet article de revue sera mis sur le LL-37, le seul peptide antimicrobien dérivé de la cathélicidine trouvé chez l’homme. LL-37 est un peptide hélicoïdal amphipathique à 37 résidus que l’on trouve dans tout le corps et qui présente un large spectre d’activité antimicrobienne. Il est exprimé dans les cellules épithéliales du testicule, de la peau, du tractus gastro-intestinal et des voies respiratoires, ainsi que dans les leucocytes tels que les monocytes, les neutrophiles, les cellules T, les cellules NK et les cellules B. Il s’est avéré avoir des rôles défensifs supplémentaires tels que la régulation de la réponse inflammatoire et des cellules chimio-attirantes du système immunitaire adaptatif sur les sites de la plaie ou de l’infection, la liaison et la neutralisation des LPS, et la promotion de la ré-épthélialisation et de la fermeture de la plaie. L’article vise à rapporter les faits biophysiques connus, en mettant l’accent sur les preuves structurelles, et à les mettre en relation avec les connaissances acquises sur les peptides antimicrobiens liés phylogénétiquement chez d’autres espèces. La multitude de rôles immuno-fonctionnels n’est que décrite. Nous pensons que cette revue facilitera les travaux futurs sur les investigations biophysiques, biochimiques et immunologiques de cette molécule très intrigante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.