Amarengo

Articles and news

Rétrusion condylaire sur le plan horizontal associée à une excursion latérale rétrusive: Une étude axiographique clinique rétrospective

Retour à la revue

26 septembre 2018 / Catégories: Dentisterie Numérique

Papini, Andrea

Botticelli, Daniele

Omori, uki

Iida, Takahisa

Kaak

Pierre, Laurent

Cesaretti, Gianfranco

Résumé

Objectif

L’objectif de cet article était de décrire la relation entre le mouvement du point interincisif et le condyle de l’articulation temporo-mandibulaire de travail par rapport au plan horizontal lors des mouvements de latéralité.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les derniers articles et opportunités DTScience.

Matériaux et méthodes

Les dossiers cliniques de patients se plaignant d’un trouble de l’articulation temporo-mandibulaire pour lesquels un examen axiographique avait été effectué ont été fouillés et analysés rétrospectivement dans un cabinet privé. Seuls les patients présentant un arc gothique asymétrique avec excursion latérale rétrusive dans un sens absolu par rapport au plan frontal ou par rapport à la latéralité controlatérale ont été sélectionnés.

Résultats

Soixante-six dossiers cliniques de patients ayant subi un examen axiographique ont été trouvés. Un total de 37 patients répondaient aux critères d’inclusion et ont été inclus dans l’étude. Dans 81,08% des cas analysés, il y avait un mouvement postérieur du condyle de travail du côté dans lequel le point interincisif montrait une plus grande excursion de latéralité rétrusive.

Conclusion

Lors de l’excursion latérale du cycle masticatoire, le condyle d’équilibrage se déplace dans une direction antéro-médiale. Le condyle de travail tourne sur son axe et se déplace latéralement. Une forte excursion latérale sur le plan frontal correspond à un angle fonctionnel masticateur horizontal rétrusif sur le plan horizontal ; un angle masticateur fonctionnel Planas rétrusif tend à induire une rétrusion du condyle de travail correspondant. La rétrusion du condyle de travail pendant le cycle masticatoire peut induire une force qui comprime le tissu rétrodiscal délicat. L’effet clinique de cette force répétée sur le tissu rétrodiscal doit encore être étudié.

Mots clés

Arc gothique; triangle de Bonwill; mastication unilatérale alternée; latéralité rétrusive; rétrusion condylienne; angle fonctionnel masticatoire horizontal; Angle masticatoire fonctionnel Planas; kinésiographie; axiographie.

Contexte

Lorsque, au cours de la phylogénie, les structures dentaires sont apparues, leur fonction n’était pas celle de la mastication: Chez presque tous les vertébrés non mammaliens, la fonction première des dents est de canaliser la nourriture dans le système digestif; seuls les mammifères trouvent extrêmement nécessaire de la réduire en morceaux. La morphologie dentaire actuelle de l’homme est le résultat d’une évolution commencée avec les mammifères il y a environ 220 millions d’années: de la forme initiale d’un simple cône à un complexe progressif et plus diversifié de cuspides, de fosses et de crêtes. La dent a également évolué en réponse aux changements de l’environnement.1Paglarelli Bergqvist L. Le rôle des dents dans l’histoire des mammifères. → Braz J Sciences Orales. 2003 Juil-Sep; 2(6): 249-57.

Par exemple, les reptiles ont toujours utilisé leurs dents uniquement pour saisir et inactiver leurs proies; la nourriture ne peut pas être tenue dans la bouche pour la mastication, mais doit être rapidement avalée après son insertion dans la cavité buccale.2Kermack KA. L’origine des mammifères et l’évolution de l’articulation temporo-mandibulaire. → Proc R Soc Med. 1972 Avril; 65(4): 389-92., 3Fritz J, Hummel J, Kienzle E, Streich WJ, Clauss M. À mâcher ou à ne pas mâcher: taille des particules fécales chez les reptiles et les mammifères herbivores. → J Exp Zool A Ecol Genet Physiol. 2010 Nov 1; 313(9): 579-86. La mastication est l’une des caractéristiques les plus distinctives des mammifères; 4Herring SW. Morphologie fonctionnelle de la mastication des mammifères. → Je suis Zool. 1993;33(3):289–99. ce n’est qu’avec leur apparition chez les vertébrés que les dents acquièrent pleinement leur fonction de broyage spécifique avec la mastication unilatérale alternative caractéristique. Chez les mammifères, en raison de la grande quantité d’énergie nécessaire pour maintenir une température corporelle constante, il était nécessaire d’avoir une plus grande efficacité catabolique du canal alimentaire par rapport aux reptiles, également grâce à un système masticateur plus efficace.5Lumsden AG, Osborn JW. L’évolution de la mastication: la vision d’un dentiste de la paléontologie. → J Dent. 1977 Déc; 5(4): 269-87. Le broyage des aliments obtenus par mastication a augmenté l’efficacité de l’assimilation énergétique des aliments, soutenant le taux métabolique élevé requis par les mammifères endothermiques.6Inoue T.. → Nerf cérébral. 2015 Fév; 67 (2): 141-56. Japonais.

Depuis l’apparition des mammifères primitifs, un seul côté de la dentition a été utilisé lors de la mastication.7Murdock DJ, Dong XP, Repetski JE, Marone F, Stampanoni M, Donoghue PC. L’origine des conodontes et des squelettes minéralisés de vertébrés. → Nature. 24 octobre 2013; 502 (7472): 546-9. En fait, la principale caractéristique est la mastication alternative unilatérale. À partir de ce schéma, de nouveaux se sont développés, diminuant (carnivores) ou augmentant (herbivores) le mouvement asymétrique de la mâchoire; 8Geerling E, Langenbach J, Van Eijden TM. Modèles moteurs d’alimentation des mammifères. → Je suis Zool. 2001 Déc; 41(6): 1338-51., 9MM de gros calibre. L’origine évolutive du lacet de la mâchoire chez les mammifères. → Sci Rep. 21 mars 2017; 7: 45094., 10Kay RF, Hiiemae KM. Mouvement de la mâchoire et utilisation des dents chez les primates récents et fossiles. → Am J Phys Anthropol. 1974 Mars; 40(2): 227-56., 11Williams SH, Vinyard CJ, Wall CE, Doherty AH, Crompton AW, Hylander WL. A preliminary analysis of correlated evolution in mammalian masewing motor patterns. biologie intégrative et comparative. → Integr Comp Biol. 2011 Août; 51 (2): 247-59. la mastication bilatérale simultanée est rare.12Gans C, De Vree F, Gorniak GC. Analyse des mécanismes masticatoires des mammifères: progrès et problèmes. → Embryol d’Histol Anat. 1978 Sep; 7(3): 226-44. La mastication unilatérale permet un contrôle plus fin et une meilleure précision des mouvements de mastication, générant des forces plus efficaces avec le recrutement des muscles de travail et d’équilibrage; le meilleur contrôle des mouvements augmente l’efficacité dans l’écrasement des aliments, même s’ils sont de consistance très variable. L’alternance du côté masticateur permet la meilleure répartition des contraintes des structures dentaires, parodontales, osseuses, musculaires et articulaires, permettant une dissipation des forces masticatrices.

La mastication unilatérale alternée impliquant la réalisation de cycles masticatoires sur chaque hémi-arc, ceux-ci doivent être réalisés avec la même facilité et la même efficacité des deux côtés. Planas a décrit l’angle masticatoire fonctionnel Planas (PFMA) comme un régulateur de la phase du cycle masticatoire au cours de laquelle les surfaces occlusales commencent à s’interfacer fonctionnellement.13Planas P. Rehabilitación neuro-oclusal (RNO). . → Barcelone: Salvat Editores; 1987. 317 p.

La mastication principalement unilatérale représente une adaptation qui ne reflète pas notre physiologie de mastication. Le retour de la mastication des deux côtés tend à retrouver la physiologie correcte de l’alternance masticatoire. Une étude précédente des auteurs du présent travail a lié la trajectoire du point interincisif de l’excursion latérale effectuée sur le plan frontal à celle effectuée par le même point sur le plan horizontal (angle fonctionnel masticateur horizontal, HMFA).14Papini A, Cesaretti G, De Fabianis P. Analyse kinésiographique du mouvement excursif latéral sur le plan horizontal: la composante rétrusive. → J Réhabilitation des Sciences Orales. 2017 Mars; 3 (1): 60-70. Pour donner une continuité à l’étude précédente, le but de cette étude était de décrire la relation entre le mouvement du point interincisif et le condyle de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) de travail par rapport au plan horizontal lors de l’excursion latérale.

Matériaux et méthodes

Critères d’inclusion

Les dossiers cliniques de patients se plaignant d’un trouble de l’ATM pour lesquels un examen axiographique avait été effectué ont été fouillés et analysés rétrospectivement dans un cabinet privé. Seuls les patients présentant un arc gothique asymétrique avec latéralité rétrusive dans un sens absolu par rapport au plan frontal ou par rapport à la latéralité controlatérale ont été inclus dans le groupe d’étude.

Procédures cliniques

L’examen clinique a été réalisé par le même opérateur expert avec plus de 10 ans d’expérience dans le domaine de la gnathologie à l’aide d’un axiographe système JMA 3D (zebris Medical) qui a analysé les tracés effectués par les points condyliens lors de l’excursion latérale du point incisif. Ce dispositif est constitué d’une source ultrasonore fixée à la surface labiale de la mandibule au moyen d’un accessoire personnalisé et d’un système de capteur logé dans un autre accessoire, monté autour de la tête du patient sous la forme d’une arcade faciale. L’opérateur définit un plan au moyen des coordonnées des deux points condyliques et d’un point infra-orbital. Le système enregistre les mouvements d’au moins 3 points par rapport à ce plan. Plus précisément, ces 3 points sont constitués des deux points condyliques et du centre de la base de l’accessoire fixé à la mandibule.

a2fig1
Fig. 1
Relation entre l’arc gothique et le triangle de Bonwill.
I = Point interincisif.
C = Condyle de travail.
BC = Condyle d’équilibrage.
WC = Condyle de travail.
a2fig2
Fig. 2
Arc gothique symétrique.

Les mesures d’excursion latérale suivantes ont été prises en ce qui concerne le traçage de la rétrusion gauche / droite du point incisif, le traçage de la rétrusion gauche / droite du point condylien, le traçage de la verticalité gauche / droite du point incisif et le traçage de l’étendue gauche / droite du point incisif. Nous avons mis en évidence lequel des deux tracés de condyle de travail semblait rétrusif.

Résultats

Soixante-six dossiers cliniques de patients ayant subi un examen axiographique ont été trouvés et analysés rétrospectivement. Un total de 37 patients (25 femmes et 12 hommes) répondaient aux critères d’inclusion et ont été inclus dans l’étude. Tous les patients présentaient des symptômes et des signes de l’ATM tels que des clics, des douleurs pendant la mastication, des mouvements et une ouverture limités de la mâchoire.

Tous les tracés axiographiques étudiés ont montré un arc gothique asymétrique avec une latéralité rétrusive dans un sens absolu par rapport au plan frontal ou par rapport à la latéralité controlatérale. Trente-sept tracés axiographiques de latéralité chez 37 patients ont été étudiés.

Les valeurs des points terminaux des trajectoires latérales interincisives ont été comparées des deux côtés avec les valeurs des points terminaux des trajectoires des condyles de travail correspondants. En 81.Dans 08% des cas, il y avait posteriorisation du condyle de travail du côté où le point interincisif montrait une latéralité plus rétrusive.

Discussion

Cette étude était basée sur l’analyse de l’excursion latérale, en prenant en considération deux concepts gnathologiques:

(1) Le triangle de Bonwill décrit en 1858 comme un triangle équilatéral placé sur le plan horizontal, avec les 3 sommets placés au point interincisif de la mâchoire et au milieu des deux condyles. Les côtés de ce triangle mesurent 10 cm, bien que l’exactitude de cette mesure ait été remise en question.15Christensen FT. L’effet du triangle de Bonwill sur les prothèses complètes. → J Prothèse Dent. 1959 Sept-oct; 9 (5): 791-6.

(2) L’arc gothique décrit pour la première fois par Gysi en 1930 avec ses enregistrements est un polygone créé par le point interincisif sur le plan horizontal avec des mouvements latéraux et extrêmes en saillie.16Gysi A. Handbuch der Zahnheilkunde. Vol. 3. . Vol. 3. → Munich : J.F. Bergmann; 1930. 1007 l.

a2fig3

Fig. 3
Arc gothique asymétrique.

En gardant ces deux concepts à l’esprit, dans la présente étude, il a été tenté de comprendre la relation lors d’une excursion latérale sur le plan horizontal entre la forme de l’arc gothique générée par le point interincisif (I) et le déplacement du sommet du triangle de Bonwill correspondent au condyle de travail (C; Fig. 1). Bien que cela puisse sembler un sujet très théorique et abstrait, l’évaluation de ces relations est importante pour le diagnostic et la thérapie des patients dysfonctionnels. En gnathologie classique, les tracés de latéralité sur le plan horizontal sont représentés de manière très régulière et symétrique: un déplacement frontal et latéral symétrique des deux côtés (Fig. 2). Dans les tracés kinésiographiques de patients dysfonctionnels, on observe presque toujours une déformation de l’arc gothique, dans laquelle 1 ou les deux tracés de latéralité ont tendance à perdre la direction antérolatérale, afin d’acquérir une tendance à l’postérité (Fig. 3).

L’arc gothique peut être interprété comme une section sur le plan horizontal du volume identifié par Posselt dans ses diagrammes. Ce volume, formé par les mouvements extrêmes d’ouverture latérale et saillante, délimite la liberté dynamique que la mâchoire peut exprimer, lors des mouvements fonctionnels qui se produisent essentiellement à l’intérieur de ce périmètre.17Posselt U. Physiologie de l’occlusion et de la rééducation. 2e éd. → Oxford : Blackwell Scientific; 1968. 331 p. Un volume important et symétrique indique une liberté de mouvement large et symétrique des structures musculaires de la mâchoire et d’une plage physiologique de mouvement de l’ATM, essentielle dans la mastication unilatérale alternative physiologique (Fig. 4).

En 1984, Mongini a mis en relation géométrique le point interincisif avec les condyles sur le plan horizontal et dans la position statique d’intercuspation maximale, décrivant statiquement les relations.18mongi F. L’Apparato stomatognatico: funzione disfunzione e riabilitazione. Ed. les étrangers. → Milan: Scienza e tecnica dentistica; 1984. 372 p. Avec la disposition kinésiographique de la latéralité sur le plan horizontal (arc gothique), le mouvement du point interincisif peut être mis cinématiquement en relation avec le mouvement effectué par le condyle de travail: (1) Si le point B (condyle d’équilibrage) se déplace toujours dans une direction antéromédiale. (2) si le point L (condyle de travail) a une progression antérolatérale ou postérolatérale, alors (3) le point I aura la même tendance de mouvement que le point L (Fig. 5).

Dans une étude précédente, une relation a été établie entre les trajectoires du mouvement du point interincisif sur le plan frontal (PFMA) avec celles décrites par le même point sur le plan horizontal (HMFA), soulignant que la latéralité plus raide sur le plan frontal a tendance à être rétrusive sur le plan horizontal.19Papini A, Cesaretti G, De Fabianis P. Analyse kinésiographique du mouvement excursif latéral sur le plan horizontal: la composante rétrusive. → J Réhabilitation des Sciences Orales. 2017 Mars; 3 (1): 60-70. Dans la présente étude, il a été tenté de décrire comment le tracé de la latéralité rétrusive du point interincisif tend à correspondre au déplacement postérieur de l’apex du triangle de Bonwill du condyle de travail.

La posteriorisation du condyle à partir de sa position physiologique dans la fosse mandibulaire, tend à créer une compression du tissu rétrodiscal mou contre la paroi postérieure de la fosse mandibulaire. La zone bilaminaire du tissu rétrodiscal, riche en vaisseaux, terminaisons nerveuses, tissu adipeux et fibres élastiques, est histologiquement inadaptée pour supporter les forces de compression.

Fig. 4
Volume de Posselt de forme et de taille différentes. Fig. 5
Relation entre le point interincisif et le condyle de travail.

a2fig6

Fig. 6
Relation entre le mouvement du point interincisif et la rétrusion du condyle de travail.

Lorsqu’elle est soumise à des compressions traumatiques répétées, cette structure molle réagit avec une inflammation pouvant entraîner un tissu fibrotique composé de tissu conjonctif lâche, 20Mazza D, Stasolla A, Kharrub Z, Maccioni F, Marini M. Valutazione con RM delle alterazioni morfo – strutturali del tessuto retrodiscale nell’incoordinazione condilo-discale dell’ATM: utilità delle sequenze TSE T2 pesate individualiser. . → Radiol Med. 2004;107:261–8. Italien., 21Yang L, Wang H, Wang M, Ohta Y, Suwa F. Développement de fibres de collagène et vascularisation de l’ATM fœtale. → Okajimas Folia Anat Jpn. 1992 Oct; 69(4): 145-55. 21. Pereira FJ, Lundh H, Eriksson L, Westesson Pl. Changements microscopiques dans les tissus rétrodiscaux des articulations temporo-mandibulaires douloureuses. → J Chirurgie maxillo-faciale orale. 1996 Avril; 54 (4): 461-8; discussion 469. avec une augmentation significative de la densité des fibroblastes, la présence de lumina artériel restreint et oblitéré et une distribution significativement plus faible des fibres élastiques.22Pereira FJ, Lundh H, Eriksson L, Westesson Pl. Changements microscopiques dans les tissus rétrodiscaux des articulations temporo-mandibulaires douloureuses. → J Chirurgie maxillo-faciale orale. 1996 Avril; 54 (4): 461-8; discussion 469.

 Fig. 7 La poussée rétrusive est atténuée par la composante verticale de l'excursion latérale.

Fig. 7
La poussée rétrusive est atténuée par la composante verticale de l’excursion latérale.

Pendant la phase du coup de puissance dans l’écrasement du bolus, moment fonctionnel au cours duquel se développent les forces de mastication les plus intenses, la rétrusion condylienne tend à rendre la mastication traumatisante, ce qui tend à induire une mastication du côté opposé. Dans tous les tracés de latéralité avec rétrusion du point interincisif, il y avait une tendance à la rétrusion condylienne. Si dans l’excursion latérale le point interincisif présente une trajectoire rétrusive absolue, ou par rapport au mouvement controlatéral, le condyle de travail correspondant tend à montrer une tendance à la rétrusion.

Il faut se rappeler que dans la latéralité rétrusive du point interincisif, la rétrusion condylique ne peut pas être déterminée de manière strictement géométrique. En effet, la postériorisation du condyle sera influencée par d’autres facteurs et semblera être (1) directement proportionnelle à la fois à la postériorisation du traçage de latéralité et à son extension (Fig. 6), ou (2) inversement proportionnel à la verticalité du mouvement du point interincisif sur le plan frontal. L’excursion latérale s’exprime sur les 3 plans de l’espace, et la composante verticale tend à épuiser la poussée rétrusive du condyle de travail (Fig. 7).

Une PFMA abrupte sur le plan frontal tend à correspondre à une HMFA rétrusive sur le plan horizontal; une HMFA rétrusive tend à induire une rétrusion du condyle de travail correspondant. Les tracés latéraux, chevauchant essentiellement le guidage de la phase d’entrée du cycle masticatoire, sont des indices de fonction masticatoire de ce côté, étant des paramètres proprioceptifs importants sur lesquels sont fixés les deux cycles masticatoires et leur alternance physiologique. Une interférence occlusale induisant une latéralité rétrusive pendant la mastication, c’est-à-dire une rétrusion de la phase d’entrée du cycle masticatoire potentiellement compressif du tissu rétrodiscal délicat, fera tendre le système vers une mastication prédominante du côté opposé.

 Fig. 8 Changement de volume de Posselt après symétrisation PFMA.

Fig. 8
Changement de volume de Posselt après symétrisation PFMA.

L’élimination de cette interférence par la suppression de l’obstacle fonctionnel par un contrôle occlusal précis aura tendance à favoriser une mastication physiologiquement alternée, entraînant une symétrisation et un élargissement de l’arc gothique et avec lui de l’ensemble du volume Posselt, indication d’une meilleure expression de la fonction musculaire et articulaire (Fig. 8).

La nature rétrospective de la présente étude constitue la principale limite du présent rapport.

Intérêts concurrents

La présente étude a été autofinancée par les auteurs et leurs institutions. Il n’y a donc pas de conflit d’intérêts à déclarer.

Entretien

Andrea Papini

Pourquoi avez-vous mené la recherche dont il est question dans cet article?

Pour une passion du savoir.

Pour quelles raisons d’autres personnes pourraient-elles citer votre article ?

Pour les études portant sur la fonction masticatrice.

Comment les résultats de votre étude pourraient-ils avoir un impact sur la dentisterie?

Les considérations de l’article peuvent aider à l’étude de la fonction masticatrice.

Quelle est la pertinence des résultats de votre étude pour la pratique quotidienne d’un dentiste?

L’évaluation du côté masticateur peut aider le dentiste à traiter les patients atteints d’une maladie de l’articulation temporo-mandibulaire.

Quelles sont vos recommandations pour approfondir le sujet de votre article?

Le stress masticatoire de la mastication unilatérale a pu être étudié.

Références

Paglarelli Bergqvist L. Le rôle des dents dans l’histoire des mammifères. → Braz J Sciences Orales. 2003 Juil-Sep; 2(6): 249-57.
Kermack KA. L’origine des mammifères et l’évolution de l’articulation temporo-mandibulaire. → Proc R Soc Med. 1972 Avril; 65(4): 389-92.
Fritz J, Hummel J, Kienzle E, Streich WJ, Clauss M. À mâcher ou à ne pas mâcher: taille des particules fécales chez les reptiles et les mammifères herbivores. → J Exp Zool A Ecol Genet Physiol. 2010 Nov 1; 313(9): 579-86.
Hareng SW. Morphologie fonctionnelle de la mastication des mammifères. → Je suis Zool. 1993;33(3):289–99.
Lumsden AG, Osborn JW. L’évolution de la mastication: la vision d’un dentiste de la paléontologie. → J Dent. 1977 Déc; 5(4): 269-87.
Inoue T.. → Nerf cérébral. 2015 Fév; 67 (2): 141-56. Japonais.
Il s’agit d’un jeu de tir à la corde, d’un jeu de tir à la corde, d’un jeu de tir à la corde, d’un jeu de tir à la corde, d’un jeu de tir à la corde et d’un jeu de tir à la corde. L’origine des conodontes et des squelettes minéralisés de vertébrés. → Nature. 24 octobre 2013; 502 (7472): 546-9.
Geerling E, Langenbach J, Van Eijden TM. Modèles moteurs d’alimentation des mammifères. → Je suis Zool. 2001 Déc; 41(6): 1338-51.
DM Grossnickle. L’origine évolutive du lacet de la mâchoire chez les mammifères. → Sci Rep. 21 mars 2017; 7: 45094.
Kay RF, Hiiemae KM. Mouvement de la mâchoire et utilisation des dents chez les primates récents et fossiles. → Am J Phys Anthropol. 1974 Mars; 40(2): 227-56.
Williams SH, Vinyard CJ, Wall CE, Doherty AH, Crompton AW, Hylander WL. A preliminary analysis of correlated evolution in mammalian masewing motor patterns. biologie intégrative et comparative. → Integr Comp Biol. 2011 Août; 51 (2): 247-59.
Gans C, De Vree F, Gorniak GC. Analyse des mécanismes masticatoires des mammifères: progrès et problèmes. → Embryol d’Histol Anat. 1978 Sep; 7(3): 226-44.
Planas P. Rehabilitación neuro-oclusal (RNO). . → Barcelone: Salvat Editores; 1987. 317 p.
14, 19. Papini A, Cesaretti G, De Fabianis P. Analyse kinésiographique du mouvement excursif latéral sur le plan horizontal: la composante rétrusive. → J Réhabilitation des Sciences Orales. 2017 Mars; 3 (1): 60-70.
Christensen FT. L’effet du triangle de Bonwill sur les prothèses complètes. → J Prothèse Dent. 1959 Sept-oct; 9 (5): 791-6.
A. Handbuch der Zahnheilkunde. Vol. 3. . Vol. 3. Mun Munich : Berg F. Bergmann; 1930. 1007 l.
Posselt U. PHSI 2e éd. Blackford : Blackell Scientific; 1968. 331 l.
Mongini F. L’appareil stomatognathique: dysfonctionnement fonctionnel et rééducation. Et. international. Milan Milan: Sciences et techniques dentaires; 1984. 372p.
Mace D, Stasolla a, Kharrub Z, Maccioni F, Marini M. Valutazione con RM delle alterazioni morfo – strutturali del tessuto retrodiscale nell’incoordinazione condilo -discale dell’ATM: utilità delle sequenze TSE T2 pesate individualizzate. . → Radiol Med. 2004;107:261–8. Italien.
Yang L, Wang H, Wang M, Ohta Y, Suwa F. Développement des fibres de collagène et vascularisation de l’ATM fœtale. → Okajimas Folia Anat Jpn. 1992 Oct; 69(4): 145-55. 21. Pereira FJ, Lundh H, Eriksson L, Westesson Pl. Changements microscopiques dans les tissus rétrodiscaux des articulations temporo-mandibulaires douloureuses. → J Chirurgie Maxillo-Faciale Orale. Avril 1996; 54(4): 461-8; discussion 469.
Pereira FJ, Lundh H, Eriksson L, Westesson Pl. Changements microscopiques dans les tissus rétrodiscaux des articulations temporo-mandibulaires douloureuses. → J Chirurgie maxillo-faciale orale. 1996 Avril; 54 (4): 461-8; discussion 469.

Ouvrir / Télécharger le PDF

Ouvrir le PDF Télécharger le PDF

Classé dans: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.