Amarengo

Articles and news

Manger de la viande « halal » est interdit aux Hindous, Sikhs; les magasins doivent afficher des informations: Proposition SDMC

Le comité permanent de la South Delhi Municipal Corporation dirigée par le BJP a autorisé une proposition qui demande aux restaurants ou aux magasins d’afficher « obligatoirement » si la viande vendue ou servie est coupée selon la méthode « halal » ou « jhatka », ont déclaré vendredi des responsables.

La proposition attend maintenant nod dans la maison SDMC qui est contrôlée par le parti safran.

LIRE AUSSI: Le vaccin COVID-19 n’est pas autorisé par la loi islamique? Les musulmans craignent l’utilisation de gélatine à base de porc dans la drogue

La méthode « Jhatka » est une méthode dans laquelle un animal est abattu en une seule fois, tandis que dans la méthode « halal », un animal est autorisé à mourir après avoir coupé une veine.

« Il y a des milliers de restaurants dans 104 quartiers de quatre zones relevant de la South Delhi Municipal Corporation. Parmi ceux-ci, la viande est servie dans environ 90% des restaurants, mais il n’est pas mentionné si la viande servie par les restaurants est  » halal  » ou « jhatka  » « , a déclaré la résolution adoptée jeudi par le groupe SDMC.

De même, les magasins de viande ne font pas non plus la distinction, a-t-il indiqué.

La résolution dit en outre: « Selon l’hindouisme et le sikhisme, manger de la viande « halal » est interdit et contre la religion.

« Par conséquent, le comité décide que cette directive soit donnée aux restaurants et aux magasins de viande pour qu’il soit écrit de manière obligatoire sur la viande vendue et servie par euxthat que de la viande « halal » ou « jhatka » soit disponible ici ».

Publicité

Le président du comité permanent, Rajdutt Gahlot, a déclaré vendredi que la proposition, une fois approuvée par la Chambre, signifierait que les restaurants et les magasins de viande devront « afficher clairement et visiblement » s’ils servent de la viande coupée selon la méthode « halal ou jhatka ».

« À l’heure actuelle, tout en obtenant une licence, les propriétaires prennent une licence pour vendre un type de viande, puis commencent à vendre l’autre aussi ».

En outre, l’idée est d’informer un consommateur du type de viande qui lui est servie et de faire un choix éclairé, a déclaré Gahlot.
La résolution a été proposée par la conseillère de Chhattarpur, Anita Tanwar.

Joy Singh, partenaire de la chaîne de restaurants Yeti et cofondatrice du restaurant Raasta dans le sud de Delhi, a déclaré qu’il s’agissait d’une approche très « triste et régressive ».

« Je suis désolé mais je n’y suis pas favorable. C’est la prérogative de chacun quant à ce qu’il veut manger et ce qu’il ne veut pas manger « , a-t-il déclaré.

En 2017, le SDMC avait proposé que la viande et ses produits ne soient pas exposés au grand jour, affirmant que l’hygiène et les « sentiments des personnes touchées par la vue » de la viande étaient les principales raisons de cette décision.

Le mouvement n’a pas été mis en œuvre après les protestations des commerçants.

Dernières nouvelles de l’Inde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.