Amarengo

Articles and news

Les Bénédictions d’un Jeûne Approprié

Frères, j’espère que vous avez remarqué ce matin, alors que le Président Hinckley s’apprêtait à annoncer les noms de deux nouveaux apôtres, il a parlé de jeûne et de prière pour connaître la volonté du Seigneur.

Le jeûne a toujours été une pratique parmi le peuple de Dieu. De nos jours, c’est un commandement donné par le Seigneur à tous les membres de l’Église. En plus des jeûnes spéciaux occasionnels que nous pourrions avoir pour des raisons personnelles ou familiales, nous sommes censés jeûner une fois par mois le premier dimanche. On nous enseigne qu’il y a trois aspects à une observance correcte du jour de jeûne: premièrement, s’abstenir de manger et de boire pendant deux repas consécutifs ou, en d’autres termes, 24 heures; deuxièmement, assister à une réunion de jeûne et de témoignage; et troisièmement, faire une offrande rapide généreuse.

Pour la famille Pratt, nos jeûnes réguliers ont toujours été du repas du samedi midi au repas du dimanche midi. De cette façon, nous jeûnons pour deux repas, les repas du samedi soir et du dimanche matin. Bien qu’il n’y ait pas de norme de l’Église pour le jeûne, si ce n’est qu’il devrait durer 24 heures et deux repas, nous avons trouvé un avantage spirituel à assister au jeûne et à la réunion du témoignage vers la fin du jeûne.

Pour ceux qui sont physiquement capables, le jeûne est un commandement. En parlant de notre jour de jeûne mensuel, le président Joseph F. Smith a déclaré: « Le Seigneur a institué le jeûne sur une base raisonnable et intelligente. Those Ceux qui le peuvent sont tenus de se conformer …; c’est un devoir auquel ils ne peuvent échapper; is il appartient au peuple, en tant que question de conscience, d’exercer sa sagesse et sa discrétion. …

 » Mais ceux qui le peuvent doivent jeûner. None Aucun n’en est exempté; il est exigé des Saints, jeunes et vieux, dans toutes les parties de l’Église  » (Doctrine de l’Évangile, 5e éd. , 244).

Je crains, frères, que trop d’entre nous ne jeûnent pas le jour du jeûne ou que nous le fassions d’une manière peu académique. Si nous sommes coupables de prendre notre jour de jeûne pour acquis ou simplement de jeûner le dimanche matin au lieu de lui faire deux repas complets — 24 heures — nous nous privons, ainsi que nos familles, du choix des expériences spirituelles et des bénédictions qui peuvent provenir d’un vrai jeûne.

Si tout ce que nous faisons est de nous abstenir de manger et de boire pendant 24 heures et de payer notre offrande rapide, nous avons raté une merveilleuse occasion de croissance spirituelle. D’un autre côté, si nous avons un but particulier dans notre jeûne, le jeûne aura beaucoup plus de sens. Peut-être pouvons-nous prendre le temps en famille avant de commencer notre jeûne pour parler de ce que nous espérons accomplir par ce jeûne. Cela pourrait être fait lors d’une soirée familiale la semaine précédant le dimanche de jeûne ou lors d’une brève réunion de famille au moment de la prière familiale. Lorsque nous jeûnons avec un but, nous avons quelque chose sur lequel concentrer notre attention en plus de notre faim.

Le but de notre jeûne peut être très personnel. Le jeûne peut nous aider à surmonter les défauts et les péchés personnels. Cela peut nous aider à surmonter nos faiblesses — à les aider à devenir des forces. Le jeûne peut nous aider à devenir plus humbles, moins orgueilleux, moins égoïstes et plus préoccupés par les besoins des autres. Cela peut nous aider à voir plus clairement nos propres erreurs et faiblesses et nous aider à être moins enclins à critiquer les autres. Ou notre jeûne peut se concentrer sur un défi familial. Un jeûne familial pourrait aider à augmenter l’amour et l’appréciation des membres de la famille et à réduire le nombre de conflits dans la famille, ou nous pourrions jeûner en couple pour renforcer nos liens conjugaux. Un but de notre jeûne en tant que détenteurs de la prêtrise pourrait être de rechercher la direction du Seigneur dans nos appels, comme l’a démontré le président Hinckley, ou nous pourrions jeûner avec notre compagnon d’enseignement à domicile pour savoir comment aider l’une de nos familles.

Dans les Écritures, le terme jeûne est généralement combiné à la prière. « Vous continuerez dans la prière et le jeûne à partir de ce moment  » est le conseil du Seigneur (D& C 88, 76). Jeûner sans prière, c’est simplement avoir faim pendant 24 heures. Mais le jeûne combiné à la prière apporte une puissance spirituelle accrue.

Quand les disciples furent incapables de guérir un garçon qui était possédé d’un esprit mauvais, ils demandèrent au Sauveur :  » Pourquoi ne pourrions-nous pas le chasser ? » Jésus répondit : « Ce genre ne sort pas, mais par la prière et le jeûne  » (Mat. 17:19, 21).

Commençons nos jeûnes par la prière. Cela pourrait être agenouillé à la table alors que nous terminons le repas avec lequel nous commençons le jeûne. Cette prière devrait être une chose naturelle lorsque nous parlons à notre Père céleste au sujet du but de notre jeûne et que nous Le supplions de l’aider à atteindre nos objectifs. De même, terminons nos jeûnes par la prière. Nous pourrions très bien nous agenouiller à table avant de nous asseoir pour consommer le repas avec lequel nous rompons notre jeûne. Nous remercions le Seigneur pour Son aide pendant le jeûne et pour ce que nous avons ressenti et appris du jeûne.

En plus d’une prière de début et de fin, nous devrions chercher le Seigneur souvent dans la prière personnelle tout au long du jeûne.

Nous ne devons pas nous attendre à ce que nos jeunes enfants jeûnent pour les deux repas recommandés. Mais enseignons-leur les principes du jeûne. Si le jeûne est discuté et planifié dans un cadre familial, les petits enfants seront conscients que leurs parents et leurs frères et sœurs plus âgés jeûnent, et ils comprendront le but du jeûne. Ils devraient participer aux prières familiales pour commencer et terminer le jeûne. De cette façon, lorsqu’ils atteindront l’âge approprié, ils seront impatients de jeûner avec le reste de la famille. Dans notre famille, nous l’avons fait en encourageant nos enfants de 8 à 12 ans à jeûner le temps d’un repas; ensuite, comme elles ont eu 12 ans et ont reçu le Sacerdoce d’Aaron ou sont entrées dans des jeunes Femmes, nous les avons encouragées à jeûner pour deux repas complets.

Après avoir châtié l’ancien Israël pour avoir mal jeûné, le Seigneur, par l’intermédiaire du prophète Isaïe, parle dans un beau langage poétique d’un jeûne approprié:

« N’est-ce pas le jeûne que j’ai choisi ? pour desserrer les bandes de méchanceté, pour défaire les lourds fardeaux, et pour libérer les opprimés, et que vous brisiez tout joug? » (ISA. 58:6).

Si nous jeûnons et prions dans le but de nous repentir des péchés et de surmonter les faiblesses personnelles, nous cherchons sûrement à « perdre les bandes de méchanceté » dans nos vies. Si le but de notre jeûne est d’être plus efficace dans l’enseignement de l’Évangile et le service des autres dans nos appels à l’Église, nous nous efforçons sûrement de « défaire les lourds fardeaux » des autres. Si nous jeûnons et prions pour l’aide du Seigneur dans nos efforts missionnaires, ne désirons-nous pas « laisser les opprimés se libérer » ? Si le but de notre jeûne est d’augmenter notre amour pour notre prochain et de vaincre notre égoïsme, notre fierté et d’avoir le cœur attaché aux choses de ce monde, nous cherchons sûrement à « briser tout joug. »

Le Seigneur continue de décrire le jeûne approprié:

« N’est-ce pas pour distribuer ton pain aux affamés, et que tu amènes les pauvres qui sont chassés dans ta maison? quand tu verras le nu, que tu le couvres, et que tu ne te caches pas de ta propre chair? » (ISA. 58:7).

C’est vraiment une chose merveilleuse que, grâce à nos offrandes rapides aujourd’hui, nous puissions nourrir les affamés, abriter les sans-abri et vêtir les nus.

Si nous jeûnons correctement, le Seigneur promet:

« Alors ta lumière éclatera comme le matin, et ta santé jaillira rapidement; et ta justice ira devant toi;

« Alors tu appelleras, et le Seigneur répondra; tu crieras, et il dira: Me voici. …

 » Et si tu attires ton âme vers celui qui a faim, et satisfais l’âme affligée; alors ta lumière s’élèvera dans l’obscurité, et tes ténèbres seront comme le midi:

« Et l’Éternel te guidera continuellement, et rassasiera ton âme dans la sécheresse, thou et tu seras comme un jardin arrosé, et comme une source d’eau, dont les eaux ne manquent pas  » (És. 58:8–11).

C’est ma prière que nous puissions améliorer nos jeûnes afin que nous puissions profiter de ces belles bénédictions promises. C’est mon témoignage que lorsque nous « nous approchons » du Seigneur par notre jeûne et notre prière, Il « s’approchera » de nous (voir D& C 88, 63). Je témoigne qu’Il vit, qu’Il nous aime et qu’Il veut s’approcher de nous. Au nom de Jésus-Christ, amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.