Amarengo

Articles and news

Commentaire biblique

EXÉGÈSE:

LE CONTEXTE:

Jérémie 15:10-21 se compose de deux lamentations — une lamentation étant une forme littéraire pour exprimer la tristesse d’une perte:

• La première lamentation se trouve dans le verset 10, où le prophète est né(e) voir aussi 20, 14-18). Yahvé répond à cette complainte dans les versets 11-14.

• La deuxième complainte se trouve dans les versets 15-18, suivie de la réponse de Yahweh dans les versets 19-21. Cette complainte et cette réponse constituent notre Première lecture.

Il y a un certain nombre de lamentations dans l’écriture hébraïque, pour inclure plusieurs lamentations dans le livre des Psaumes et le livre des Lamentations. Il y avait deux lamentations antérieures dans le livre de Jérémie (11:18-23; 12:1-6)— et il y en aura deux autres (20:7-12; 20:14-18).

Les lamentations bibliques comprennent généralement: (1) une plainte, (2) une section dans laquelle le lamentateur oppose les bons moments passés aux mauvais moments actuels, (3) une prière pour le soulagement et (4) une déclaration de confiance en Dieu.

Une complainte peut être inspirée par toute forme de calamité, telle que la défaite au combat, l’exil, la maladie ou la mort. Le lamentateur peut se livrer à un certain nombre de signes extérieurs de tristesse, tels que porter un sac, s’asseoir dans les cendres, jeûner ou pleurer fort. Le but de la complainte était de persuader Dieu de soulager les circonstances calamiteuses.

Qu’a eu à déplorer Jérémie ? Beaucoup! L’Éternel l’avait appelé pour prophétiser le désastre au peuple de Juda – le peuple de Jérémie (1:4-16). L’Éternel avait dit à Jérémie que le peuple se battrait contre lui, mais il a promis: « Ils ne prévaudront pas contre toi, car je suis avec toi, dit l’Éternel, pour te délivrer » (1:19).

Mais cela ne semblait guère si simple. Jérémie avait fait ce que l’Éternel avait ordonné (et continuerait à servir l’Éternel pendant quarante ans au total). Jérémie avait pleuré son peuple au point que sa joie avait disparu et que son cœur était malade — au point que ses yeux étaient une fontaine de larmes qu’il pleurait jour et nuit (8:18 – 9:1). Le peuple, cependant, au lieu de se repentir, menaça Jérémie de mort (11:18-23). Il a dû faire face à des prophètes menteurs, qui ont contré la prophétie de Jérémie avec leur propre assurance que tout irait bien (14:13-14).

Plus tard, nous apprendrons que Yahvé a appelé Jérémie à ne pas prendre de femme — à ne pas avoir de fils et de filles (16:1-2). Cela impliquerait non seulement les frustrations sexuelles d’une vie de célibataire, mais cela priverait également les enfants de Jérémie de lui apporter de la joie, de prendre soin de lui dans sa vieillesse et de perpétuer son nom. Cela lui priverait le confort simple du mariage – avoir quelqu’un avec qui partager les moments heureux et quelqu’un pour lui donner du réconfort dans les moments difficiles.

Le prêtre, Pachtur, frappera Jérémie et le mettra en stock (20:1-2) – et Hanania s’opposera publiquement à Jérémie (28:1-17) — et Jérémie souffrira d’un siège avec son peuple (32:1-15) — et les fonctionnaires de la cour le mettront dans une citerne boueuse mais sans eau (38:1-6). Alors Jérémie souffrira avec son peuple de la chute de Jérusalem (39:1-10).

Pas étonnant que Jérémie se lamentait!

JÉRÉMIE 15:15-18. SOUVENEZ-VOUS DE MOI, ET RENDEZ-MOI VISITE, ET VENGEZ-MOI

15Yahweh, vous savez; souvenez-vous de moi, et rendez-moi visite, et vengez-moi de mes persécuteurs; ne m’emmenez pas dans votre longue souffrance: sachez que pour vous j’ai subi l’opprobre. 16vos paroles ont été trouvées, et je les ai mangées; et tes paroles ont été pour moi une joie et l’allégresse de mon coeur; car je suis appelé par ton nom, Yahvé, Dieu des Armées. 17 Je ne me suis pas assis dans l’assemblée de ceux qui se réjouissent, et je ne me suis pas réjoui; je me suis assis seul à cause de ta main; car tu m’as rempli d’indignation. 18pourquoi ma douleur est-elle perpétuelle, et ma blessure incurable, qui refuse d’être guérie? Serez-vous vraiment pour moi comme un ruisseau trompeur, comme des eaux qui échouent?

« Yahvé, tu sais; souviens-toi de moi, et visite-moi » (v. 15a). Jérémie commence sa complainte en reconnaissant que Yahvé le connaît — sa fidélité et sa souffrance. Une justice simple dicterait que Yahweh rendrait visite à Jérémie — lui ferait connaître sa présence — le récompenserait pour sa fidélité.

« venge-moi de mes persécuteurs » (v. 15b). Une justice simple semble également dicter que Yahvé imposerait une rétribution aux persécuteurs de Jérémie.

« ne m’emmène pas dans ta longue souffrance » (v. 15c). C’est probablement un plaidoyer que Yahvé ne prendrait pas la vie de Jérémie, bien que cela puisse être un plaidoyer que Yahvé n’exigerait pas que Jérémie s’exile.

« sachez que pour vous j’ai subi l’opprobre » (v. 15d). C’est l’atout de Jérémie. Il souffre à cause de son service fidèle à l’Éternel. Maintenant, il est temps pour l’Éternel de supprimer l’insulte que Jérémie a subie et de rétablir la plénitude de Jérémie.

« Tes paroles ont été trouvées, et je les ai mangées; et tes paroles ont été pour moi une joie et la joie de mon cœur  » (v. 16). Jérémie se souvient de son appel (1, 4s.). Dans le cadre de cet appel, Yahvé a touché la bouche de Jérémie et a mis ses paroles dans la bouche de Jérémie (1:9), promettant: « Voici, je vous ai aujourd’hui établi sur les nations et sur les royaumes, pour arracher et démolir et détruire et renverser, construire et planter » (1:10).

Être choisi pour une tâche aussi importante devait sembler intimidant à Jérémie, mais il devait aussi se sentir honoré d’être choisi pour être le prophète de Yahvé. Jérémie dit maintenant qu’il a mangé les paroles de Yahvé — qu’il les a prises en lui et qu’elles sont devenues une partie de lui (voir aussi Ézéchiel 3:1-3 et Apocalypse 10:9-10). Les paroles de l’Éternel sont devenues une joie et un délice pour Jérémie. Il savait que sa vie aurait une grande signification au service de Yahvé, et c’est toujours une joie de savoir que sa vie a une valeur.

« car je suis appelé par ton nom, Yahvé, Dieu des Armées » (v. 16b). Jérémie rappelle à Yahvé que les gens associent Jérémie à Yahvé dans la mesure où Jérémie est connu sous le nom de Yahvé. Leurs noms et leurs réputations sont liés. Quand les gens voient Jérémie, sa présence les fait penser à l’Éternel. Quelque chose de similaire se produit aujourd’hui lorsque les gens voient un collier de bureau. Ils agissent différemment en présence d’un homme ou d’une femme pieux.

« Je suis appelé par votre nom » Dans cette culture, les gens considéraient que le nom d’une personne était plus qu’une simple étiquette pour identifier cette personne. Ils croyaient que quelque chose de l’identité de la personne était lié au nom — que le nom exprimait quelque chose du caractère essentiel de la personne.

Étant donné que les gens ont lié le nom de Jérémie et le nom de Yahweh, il serait logique que Yahweh justifie Jérémie comme un moyen de préserver le bon nom de Yahweh.

« Je ne me suis pas assis dans l’assemblée de ceux qui se réjouissent, ni réjouis  » (v. 17a). Jérémie a vu des gens célébrer et se réjouir, mais il ne s’est pas joint à leurs célébrations. Cela aurait miné la gravité de son message prophétique. Comment pouvait-il se joindre à leurs partis en proclamant que le peuple s’était  » retourné aux iniquités de ses ancêtres  » (11, 10) ? Cela aurait miné tout ce qu’il avait entrepris d’accomplir en tant que prophète de Yahvé. Il avait un sens trop élevé de sa vocation pour permettre que cela se produise.

Mais il n’est pas facile de rester sur la touche pendant que tout le monde passe un bon moment. Il n’est pas facile d’être l’outsider éternel. C’est solitaire. C’est pas marrant. Ça peut être déchirant.

« Je me suis assis seul à cause de ta main; car tu m’as rempli d’indignation » (v. 17b). Jérémie a maintenu sa position solitaire — son statut d’étranger – parce qu’il sentait le poids lourd de la main de Yahvé sur son épaule. L’Éternel avait choisi Jérémie pour délivrer un message de jugement à son peuple. Yahvé avait donné à Jérémie une vision claire de la corruption et du péché qui conduisaient à la destruction de Juda. L’Éternel avait rempli Jérémie d’indignation à cause de leur injustice et de leur autodestruction. C’est donc l’action de l’Éternel qui a rendu impossible à Jérémie de se joindre au peuple alors qu’il riait et s’amusait bien. C’était la faute de l’Éternel que Jérémie ait été privé de tant de joie.

 » Pourquoi ma douleur est-elle perpétuelle, et ma blessure incurable, qui refuse d’être guérie ? » (v. 18 bis). Étant donné la fidélité de Jérémie, comment l’Éternel pouvait-il lui permettre de souffrir de telles souffrances? Comment Yahvé pouvait-il permettre à Jérémie de souffrir un cœur blessé — blessé au-delà de la guérison? Ailleurs, Yahweh est appelé un Dieu de justice (hébreu: mispat). Comment ce Dieu de justice peut-il permettre à son prophète de subir une telle injustice ?

« Seras-tu pour moi comme un ruisseau trompeur, comme des eaux qui échouent? » (v. 18b). Jérémie accuse Yahweh d’être « comme un ruisseau trompeur— – comme un ruisseau qui s’assèche quand vous en avez le plus besoin. Yahvé a prétendu être « la fontaine d’eau vive » (2:13), mais Jérémie, le prophète de Yahvé, a la bouche desséchée — et peu d’espoir d’étancher sa soif.

Avec ces mots, Jérémie pointe des pieds au bord du blasphème et au-delà. Accuser l’Éternel d’être trompeur franchit une ligne qui fait sortir Jérémie du camp des fidèles dans le camp des infidèles.

Cela donnerait à Yahvé une raison de rejeter Jérémie et de choisir un autre prophète, mais il ne le fera pas. Au début de cette complainte, Jérémie dit: « Yahvé, tu le sais » (v. 15a) — et c’est vrai — Yahvé le sait. L’Éternel sait combien Jérémie a servi fidèlement, et l’Éternel sait combien ce service a fait souffrir Jérémie. Yahvé est un Dieu de justice (ce qui suggérerait de punir Jérémie), mais il est aussi un Dieu de compassion, alors il donnera une autre chance à Jérémie (voir le verset suivant).

JÉRÉMIE 15:19-21. JE SUIS AVEC TOI POUR TE SAUVER

19 C’est pourquoi ainsi parle Yahvé: Si tu reviens (Hébreu: sub), alors je te ramènerai, afin que tu te tiennes devant moi; et si tu sors le précieux de l’ignoble, tu seras comme ma bouche: ils reviendront (Hébreu:).: sub) à vous, mais vous ne leur reviendrez pas (hébreu: sub). 20 Je ferai de toi pour ce peuple une muraille d’airain fortifiée; et ils combattront contre toi, mais ils ne prévaudront pas contre toi; car je suis avec toi pour te sauver et pour te délivrer, dit l’Éternel. 21 Je te délivrerai de la main du méchant, et je te rachèterai de la main du terrible.

« C’est pourquoi ainsi parle l’Éternel: Si tu reviens, alors je te ramènerai, afin que tu te tiens devant moi; et si tu enlèves le précieux du vil, tu seras comme ma bouche » (v. 19a). Comme indiqué dans les commentaires sur le verset 18 ci-dessus, Jérémie a donné à Yahvé la raison de rejeter Jérémie comme son prophète. Cependant, Yahvé ne rejette pas Jérémie d’un revers de main, mais lui offre la possibilité de « revenir » (sub) — d’inverser sa direction — de se repentir. Si Jérémie le veut, l’Éternel le reprendra. Si Jérémie cesse de se plaindre et « retire le précieux » – paroles de Yahvé – Yahvé permettra à Jérémie de continuer comme son serviteur.

« ils vous reviendront (sub), mais vous ne leur reviendrez pas (sub) » (v. 19b). Si Jérémie obéit à l’Éternel, alors l’Éternel veillera à ce que le peuple de Juda obéisse à Jérémie. Jérémie n’aura pas à se soumettre à eux.

Ce petit mot, sous (et variantes) apparaît fréquemment dans les Écritures hébraïques. Dans la plupart des cas, il envisage le retour d’Israël à Yahvé. Il est parfois traduit par « repentez-vous » (1 Rois 8:47-48 NRSV).

« Je ferai de toi à ce peuple une muraille d’airain fortifiée; et ils combattront contre toi, mais ils ne prévaudront pas contre toi; car je suis avec toi pour te sauver et te délivrer, dit l’Éternel » (v. 20). Dans l’appel initial de l’Éternel à Jérémie, il promit de faire de Jérémie « une ville fortifiée, une colonne de fer et des murs d’airain, contre tout le pays, contre les rois de Juda, contre ses princes, contre ses sacrificateurs et contre le peuple du pays. Ils se battront contre vous, mais ils ne prévaudront pas contre vous, car je suis avec vous  » (1, 18-19). Maintenant, l’Éternel réitère cette promesse.

Aujourd’hui, nous parlons de nous heurter à un mur de briques, ce qui signifie que nous nous sommes précipités contre un objet immobile. C’est le genre d’image représentée ici par le « mur fortifié de bronze. »Le peuple de Juda essaiera d’utiliser la force pour empêcher Jérémie de proférer ses sombres prophéties. Cependant, ils découvriront qu’ils ne peuvent pas détruire Jérémie, mais qu’ils ne peuvent se briser qu’en se fracassant contre lui. Ce ne sera pas la force de Jérémie qui les arrêtera, mais la force de l’Éternel. L’Éternel sauvera Jérémie et le délivrera de ses ennemis.

« Je te délivrerai de la main du méchant, et je te rachèterai de la main du terrible  » (v. 21). L’Éternel ne dit pas que Jérémie ne tombera jamais entre les mains des méchants, mais plutôt que, lorsque Jérémie tombera entre leurs mains, l’Éternel le délivrera. Les méchants mettront Jérémie dans une citerne boueuse mais sans eau — une prison dans laquelle il pourrait très bien mourir — mais l’Éternel le sauvera.

Yahvé ne promet jamais de rendre la vie de Jérémie facile — et il ne lui rend jamais la vie facile. Il promet seulement de délivrer Jérémie de ses ennemis et de le sauver des méchants qui le détruiraient.

LES CITATIONS DES ÉCRITURES proviennent de la Bible anglaise mondiale (WEB), une traduction en anglais moderne du domaine public (sans droit d’auteur) de la Sainte Bible. La Bible Anglaise Mondiale est basée sur la Version Standard Américaine (ASV) de la Bible, la Biblia Hebraica Stutgartensa Ancien Testament et le Texte majoritaire Grec du Nouveau Testament. L’ASV, qui est également dans le domaine public en raison de droits d’auteur expirés, était une très bonne traduction, mais comprenait de nombreux mots archaïques (hast, shineth, etc.), que le WEB a mis à jour.

BIBLIOGRAPHIE:

Bracke, John M., Compagnon biblique de Westminster: Jeremiah 1-29 (Louisville: Westminster John Knox Press, 2000)

Clements, R. E., Commentaire d’interprétation: Jeremiah (Atlanta: John Knox Press, 1988)

Craigie, Peter C.; Kelley, Page H.; et Drinkard, Joel F. Jr., Commentaire biblique: Jeremiah 1-25 (Dallas: Word Books, 1991)

Fretheim, Terence, E., Smyth & Helwys Bible Commentary: Jeremiah (Macon, Géorgie: Smyth & Helwys Publishing, Incorporated, 2002)

Harrison, R.K., Tyndale Commentaires de l’Ancien Testament: Jeremiah & Lamentations, Vol. 19 (Downers Grove, Illinois: Inter-Varsity Press, 1973)

Huey, F. B. Jr., New American Commentary: Isaiah, Lamentations, Vol. 16 (Broadman & Holman Publishers, 1993)

Longman, Tremper III, The New International Biblical Commentary: Jeremiah & Lamentations (Peabody, Massachusetts: Hendrickson Publishers, 2008)

Martens, E. A., Believers Church Bible Commentary: Jeremiah (Scottdale, PA: Herald Press, 1986)

Miller, Patrick D., Les Nouveaux Interprètes Bible: Jérémie, Vol.VI (Nashville : Abingdon Press, 2001)

Stulman, Louis, Abingdon Commentaires de l’Ancien Testament: Jeremiah (Nashville : Abingdon Press, 2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.