Amarengo

Articles and news

Commentaire biblique

EXÉGÈSE:

LE CONTEXTE:

Le chapitre 17 raconte les péchés du peuple de Juda (17:1-4) et promet que ceux qui ont confiance en les puissances humaines seront comme des arbustes secs dans le désert, mais ceux qui ont confiance en Yahvé seront « comme un arbre planté près des eaux » (17:8) — pour ceux qui se sont détournés de Yahvé ont, en effet, « abandonné Yahvé, la source des eaux vives » (17:13).

La dernière partie du chapitre 17 (versets 19-27) est un prélude particulièrement approprié à notre texte. Dans ces versets, Yahvé ordonne au peuple de Juda de sanctifier le sabbat, et promet la prospérité à ceux qui le font et un feu dévorant à ceux qui ne le font pas. Cette même promesse de prospérité aux fidèles et de punition au mal se reflète dans notre texte.

Jérémie a été un prophète actif pendant les quatre décennies qui ont précédé le sac de Jérusalem en 587 av.J.-C. et le début de l’exil babylonien. Les érudits pensent que les éditeurs ont continué à ajouter au livre après la mort de Jérémie. Nous ne savons pas si le chapitre 18 a été écrit avant l’Exil (Thompson, 432) ou pendant l’Exil (Stulman, 182).

Notre texte constitue un avertissement et un appel de Yahweh à Juda. L’avertissement est que l’iniquité continue entraînera un désastre, mais le plaidoyer offre l’espoir de prospérité à ceux qui sont fidèles.

En arrière-plan se trouvent les promesses d’alliance d’autrefois. L’alliance initiale a été établie entre Dieu et Abram. Dieu a exigé d’Abram qu’il quitte la maison de son père et aille dans le pays que Dieu lui montrerait. En retour, Dieu a promis de faire d’Abram une grande nation et de le bénir et de faire de lui une bénédiction pour toutes les familles de la terre (Genèse 12:1-3). Bien que le mot alliance n’ait pas été utilisé dans cette transaction, il porte les marques d’une alliance, car Dieu a décrit ce qu’Abram aurait à faire et ce que Dieu ferait pour Abram. Plus tard, Dieu a fait alliance pour donner la terre du fleuve d’Égypte au fleuve Euphrate à Abram (Genèse 15:18). Plus tard encore, Dieu a conclu une alliance avec Abram pour en faire le père de nombreuses nations, même si Abram était âgé et n’avait pas d’autres enfants qu’Ismaël, son fils d’une esclave. Dans le cadre de l’alliance, Dieu a promis de donner à Abram le pays de Canaan. Dieu a demandé à Abram d’observer la circoncision pour lui-même et pour toute sa descendance masculine et les membres de sa famille, y compris les esclaves (Genèse 17:1-14).

Dieu a renouvelé l’alliance avec Moïse (Exode 24) et Josué (Josué 24) et Jehoïada (2 Rois 11) et Ézéchias (2 Chroniques 29:10 et Josias (2 Rois 23:3) et David (2 Samuel 7:12-17).

Le peuple d’Israël/Juda en était venu à croire que ces promesses d’alliance leur accordaient une relation privilégiée avec Yahvé qui assurait leur prospérité — mais notre texte leur rappelle que l’alliance est une proposition à double sens. Dieu les a choisis, mais ils ont la responsabilité, en vertu de l’alliance, d’obéir à Dieu. S’ils ne sont pas fidèles, Dieu n’a aucune obligation de prendre soin d’eux. Notre texte indique clairement que le comportement du peuple de Juda est crucial pour son avenir. Tout comme dans 17:19-27, S’ils sont fidèles, ALORS ils prospéreront — mais s’ils sont infidèles, ALORS ils souffriront. Alors que Yahvé est tout-puissant, Yahvé a choisi de donner à ces gens le pouvoir de choisir leur destin. Tout dépend de leur décision.

JÉRÉMIE 18:1-4. LÈVE-TOI, ET DESCENDS À LA MAISON DU POTIER

1La parole qui est venue à Jérémie de la part de l’Éternel, en disant: 2 Lève-toi, et descends à la maison du potier, et là je te ferai entendre mes paroles. 3Puis je descendis dans la maison du potier, et voici, il faisait un travail sur les roues. 4lorsque le vase qu’il avait fait de l’argile était abîmé dans la main du potier, il en fit de nouveau un autre vase, comme il semblait bon au potier de le faire it.to lui.

« La parole qui est venue de Yahvé à Jérémie  » (v. 1). La parole de Dieu est puissante. Dans la création, « Dieu a dit : ‘Qu’il y ait de la lumière’, et il y avait de la lumière  » (Genèse 1:3).  » Dieu a dit : ‘Qu’il y ait une étendue…’and et il en fut ainsi  » (Genèse 1:6-7). La parole de Dieu a rassemblé les eaux en un seul endroit (Genèse 1:9). La parole de Dieu a fait naître la végétation (Genèse 1:11-13). La parole de Dieu a mis des lumières dans le ciel (Genèse 1:14-19). La parole de Dieu a créé les animaux (Genèse 1:20-25) et les humains (Genèse 1:26-27).

Dieu a parlé directement aux humains dès le début, demandant à l’homme dans le jardin :  » Où es-tu ? »(Genèse 3:9) – et à Abram, « Sortez de votre pays, et de vos parents, et de la maison de votre père, vers le pays que je vous montrerai. Je ferai de vous une grande nation. Je vous bénirai et rendrai votre nom grand. Tu seras une bénédiction  » (Genèse 12:1-2) – et à Moïse,  » Ne t’approche pas. Enlevez vos sandales de vos pieds, car l’endroit sur lequel vous vous tenez est une terre sainte  » (Exode 3:5).

Mais Dieu révélait plus souvent sa parole à ses prophètes, qui avaient alors la responsabilité de proclamer la parole de Dieu au peuple. Jérémie reçoit la parole de Yahvé depuis le début de ce livre (1:2, 4, 11; 2:1; 7:1; 11:1; 13:8; 14:1; 16:1)— et a proclamé la parole de Yahvé depuis le début de ce livre (2:4, 31; 9:20; 10:1)— mais le peuple rejette la parole de Yahvé depuis longtemps (8:9).

« Lève-toi, et descends chez le potier, et là je te ferai entendre mes paroles  » (v. 2). Yahvé a révélé la parole de Dieu à Jérémie par des choses ordinaires – la branche d’un amandier (1:11) et un chaudron bouillant (1:13). Maintenant, Dieu choisit de révéler la parole de Dieu à travers l’un des aspects les plus ordinaires de la vie en ces temps — la poterie.

Dans le monde antique, la poterie était partout. Les gens utilisaient des pots en argile pour le stockage et la cuisson. Ils ont utilisé des tuiles d’argile pour les toits. Ils utilisaient des briques d’argile pour garnir leurs fours. Ils ont utilisé des figurines en argile pour les décorations — et même pour les jouets. Le potier était l’un des artisans les plus importants de la communauté. Dieu prépare Jérémie pour une leçon d’objet – révélant la parole de Dieu en utilisant la poterie comme exemple — et les gens se souviendront de cette leçon chaque fois qu’ils verront un pot d’argile.

« Puis je suis descendu chez le potier, et voici, il faisait un travail sur les roues  » (v. 3). Il y avait deux sortes de roues de potier — l’une connue sous le nom de roue lente et l’autre connue sous le nom de roue rapide. La roue rapide a une grande pierre circulaire parallèle au sol près des pieds du potier et une petite pierre circulaire, un peu comme un plateau circulaire, près des mains du potier. Les deux pierres seraient reliées par un arbre vertical. Le potier poussait la grosse pierre du bas avec ses pieds, la faisant tourner, et la pierre du haut, reliée par un arbre à la grosse pierre, tournait à la même vitesse.

Le génie d’un tel système est que la pierre de fond lourde sert de volant d’inertie, lissant le mouvement des deux pierres. Si le potier travaillait avec deux pierres légères, le mouvement de rotation serait saccadé. Cependant, la pierre de fond lourde ajoute de l’élan, faisant tourner la roue dans un mouvement fluide. Il serait beaucoup plus difficile de faire de la poterie attrayante sans ce mouvement fluide.

« Quand le récipient qu’il a fait de l’argile a été gâché dans la main du potier, il en a refait un autre récipient, comme il semblait bon au potier de le faire  » (v. 4). C’est la première partie de la leçon d’objet de Yahvé — l’objet, pour ainsi dire. Yahvé révélera la deuxième partie de la leçon d’objet — la leçon ou l’application — au verset 6.

Pendant que Jérémie regarde, le potier détermine que la pièce d’argile sur le tour de potier n’est pas satisfaisante, il retravaille donc l’argile dans un autre récipient.

Nous ne savons pas quel était le défaut de la pièce d’origine. Il aurait pu être que l’argile était trop humide ou sèche. Il se pourrait qu’il y ait une petite pierre ou un autre objet étranger incrusté dans l’argile.

Quel que soit le problème, le potier doit détruire la pièce imparfaite avant de forger l’argile en une nouvelle pièce. Il doit prendre la pièce imparfaite à deux mains et la froisser pour qu’elle redevienne un morceau d’argile. Il doit travailler la bosse dans les deux mains jusqu’à ce qu’elle ait une consistance lisse. Il pourrait avoir besoin d’ajouter de l’eau pour la rendre plus souple — ou d’ajouter de l’argile pour lui donner plus d’intégrité structurelle. Ce n’est qu’après cette préparation minutieuse qu’il pourra recommencer à créer un nouveau vaisseau plus parfait.

Il est important de noter que le potier ne lance pas la pièce imparfaite dans un tas de rebuts, à ne plus jamais revoir. L’argile est toujours utilisable, alors le potier commence ce qui semble être un processus destructeur mais est vraiment un processus créatif.

Si l’argile était animée (vivante), elle pourrait protester contre ce traitement grossier. Lorsque le potier prend l’objet imparfait dans ses mains et commence à le transformer en un morceau d’argile, l’argile peut protester contre le fait que le potier le blesse — ou que l’argile est plus utile comme récipient imparfait que comme un morceau d’argile. Il pourrait combattre les efforts du potier pour le ramener à son état de masse antérieur.

Bien sûr, l’argile est inanimée et n’a pas de voix — ne peut résister aux efforts du potier. Mais cette petite leçon d’objet ne concerne pas vraiment l’argile mais les gens – voir le verset 6 ci-dessous.

L’image de Dieu comme potter apparaît en plusieurs points de la Bible : Genèse 2:7; Isaïe 29:16; 45:9; 64:8; Romains 9:20-24.

JÉRÉMIE 18:5-6. ALORS ES-TU DANS MA MAIN, MAISON D’ISRAËL

5Puis la parole de Yahvé m’est venue, disant: 6 mAison d’Israël, ne puis-je pas faire avec toi comme ce potier? dit l’Éternel. Voici, comme l’argile dans la main du potier, ainsi êtes-vous dans ma main, maison d’Israël.

Ces versets constituent la deuxième partie de la leçon d’objet — la leçon ou l’application. Tout comme le potier a retourné le vase imparfait en un morceau d’argile et a recommencé à façonner un vase utilisable, de même Yahvé fera avec Israël — à ce moment-là le Royaume du Sud, Juda.

C’est l’une de ces Bonnes / Mauvaises nouvelles. La mauvaise nouvelle est que Juda est sur le point de passer par ce qui semblera être un processus destructeur. Cependant, la Bonne Nouvelle est que, dans les mains de Yahvé, le processus sera créatif plutôt que destructeur. Yahvé créera un peuple nouveau et fidèle à partir du reste du peuple ancien et pécheur. C’est, en fin de compte, un message d’espoir pour un peuple dans des circonstances difficiles.

JÉRÉMIE 18:7-10. ALORS je ME REPENTIRAI

7à quel instant je parlerai d’une nation, et d’un royaume, pour l’arracher, la détruire et la détruire; 8 si cette nation, au sujet de laquelle j’ai parlé, se détourne de son mal (Hébreu: ra·ah), je me repentirai du mal (Hébreu: ra·ah) que j’ai pensé leur faire. 9 A quel instant je parlerai d’une nation et d’un royaume, pour la construire et la planter; 10 s’ils font ce qui est mal à mes yeux, qu’ils n’obéissent pas à ma voix, alors je me repentirai du bien dont j’ai dit que je leur profiterais.

Dans les versets 5-6, Yahweh parlait spécifiquement d’Israël. Cependant, les versets 7 à 10 élargissent cela à n’importe quelle nation. L’Éternel est souverain sur toutes les nations, qu’elles reconnaissent ou non sa Seigneurie. Yahvé a le pouvoir de soulever et de démolir sans respect des frontières nationales.

Ces versets offrent à la fois de l’espoir (vv. 7-8) et avertissement (vv. 9-10). Le destin des nations n’est pas gravé dans la pierre. Yahvé a peut-être l’intention de détruire une nation, mais il changera cette décision si cette nation « se détourne de son mal » (v. 8). D’un autre côté, Yahvé pourrait avoir l’intention de bénir une nation, mais changera cette décision si la nation commence à faire le mal (v. 10).

Cela signifie que Yahvé donne à Israël (et à nous tous) beaucoup de pouvoir pour déterminer notre destin. « L’argile ne peut pas défier le potier, mais Israël peut agir pour que Yahvé change » (Huey, 180). Israël, face au désastre des Babyloniens, peut changer ses voies et bénéficier de la protection de Yahvé.

JÉRÉMIE 18:11. REVENEZ MAINTENANT TOUS DE SA MAUVAISE VOIE

11 Maintenant, parlez aux hommes de Juda et aux habitants de Jérusalem, en disant: Ainsi parle l’Éternel: Voici, j’encadre le mal contre vous, et je conçois un dessein contre vous; revenez maintenant tous de sa mauvaise voie, et modifiez vos voies et vos actions.

Dans les versets 7-10, Yahvé a clairement indiqué que nos actions influencent ses décisions. Maintenant, il dit à Jérémie d’avertir le peuple de Juda qu’il encadre le mal — prépare le jugement — contre eux. Il dit en outre à Jérémie de leur dire de changer de voie avant qu’il ne soit trop tard afin que Yahvé se détourne du châtiment qu’il a prévu pour eux. Leur seule espérance est de se détourner du mal et de se tourner vers l’Éternel.

« Aujourd’hui, les gens sont devenus habiles à trouver un moyen de se soustraire à la responsabilité des effets de leurs choix moraux…. Il y a toujours quelqu’un ou quelque chose d’autre à blâmer …. La tâche du prédicateur est de conduire les gens à accepter leur responsabilité morale de créer le monde dans lequel nous vivons  » (Hoppe, 424-425). J’ajouterais que c’est aussi la tâche du prédicateur de maintenir l’espérance de la rédemption.

JÉRÉMIE 18:12. NOUS MARCHERONS APRÈS NOS PROPRES DESSEINS

12 Mais ils disent: C’est en vain; car nous marcherons après nos propres desseins, et nous ferons tout le monde après l’entêtement de son mauvais cœur.

Le lectionnaire omet ce verset de cette lecture, mais le prédicateur doit en être conscient. Le peuple de Juda refuse de tenir compte de l’avertissement du prophète, de sorte qu’il peut s’attendre à en subir les conséquences.

C’est en fait ce qui s’est passé. La Babylonie a saccagé Jérusalem, déchiré le temple et emmené le peuple en exil. Ce texte nous dit que ce n’était pas seulement le résultat d’une intrigue internationale, mais plutôt le jugement de Yahvé sur Juda.

JÉRÉMIE 18:13-17. Un POÈME

Ces versets ne sont pas inclus dans le lectionnaire, mais sont un poème qui résume ce qui a été dit jusqu’à présent. « Mon peuple m’a oublié », dit Yahvé (v. 15), et ainsi « Je les disperserai comme avec un vent d’orient devant l’ennemi » (v. 17). Le peuple a abandonné Yahvé, ainsi Yahvé « leur montrera le dos, et non la face, au jour de leur calamité » (v. 17).

LES CITATIONS DES ÉCRITURES proviennent de la Bible anglaise mondiale (WEB), une traduction en anglais moderne du domaine public (sans droit d’auteur) de la Sainte Bible. La Bible Anglaise Mondiale est basée sur la Version Standard Américaine (ASV) de la Bible, la Biblia Hebraica Stutgartensa Ancien Testament et le Texte majoritaire Grec du Nouveau Testament. L’ASV, qui est également dans le domaine public en raison de droits d’auteur expirés, était une très bonne traduction, mais comprenait de nombreux mots archaïques (hast, shineth, etc.), que le WEB a mis à jour.

BIBLIOGRAPHIE:

Bracke, John M., Compagnon biblique de Westminster: Jeremiah 1-29 (Louisville: Westminster John Knox Press, 2000)

Clements, R. E., Commentaire d’interprétation: Jeremiah (Atlanta: John Knox Press, 1988)

Craigie, Peter C.; Kelley, Page H.; et Drinkard , Joel F. Jr., Commentaire biblique: Jérémie 1-25 (Dallas: Word Books, 1991)

Fretheim, Terence, E., Smyth & Helwys Bible Commentary: Jeremiah (Macon, Géorgie: Smyth & Helwys Publishing, Incorporated, 2002)

Harrison, R.K., Tyndale Commentaires de l’Ancien Testament: Jeremiah & Lamentations, Vol. 19 (Downers Grove, Illinois: Inter-Varsity Press, 1973)

Hoppe, Leslie J., dans Van Harn, Roger (ed.), Le Commentaire du Lectionnaire : Exégèse théologique pour le Texte du dimanche. Les Premières Lectures: L’Ancien Testament et les Actes (Grand Rapids : William B. Eerdmans Publishing Co., 2001)

Huey, F. B. Jr., New American Commentary: Isaiah, Lamentations, Vol. 16 (Broadman & Holman Publishers, 1993)

Martens, E. A., Believers Church Bible Commentary: Jeremiah (Scottdale, Pennsylvanie: Herald Press, 1986)

Miller, Patrick D., The New Interpreters Bible: Jeremiah, Vol. VI (Nashville: Abingdon Press, 2001)

Newsome, James D. in Cousar, Charles B.; Gaventa, Beverly R.; McCann, J. Clinton; et Newsome, James D., Texts for Preaching: A Lectionnary Commentary Based on the NRSV-Year C (Louisville: Il s’agit de l’un des plus grands livres de l’histoire de l’Ancien Testament : Jeremiah (Nashville : Abingdon Press, 2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.